Annoncer un décès, une étape souvent délicate

Annoncer un décès, c’est officialiser la disparition d’un être cher, cette étape marquant le début du processus de deuil.  

Parents, enfants, conjoint, toute la famille est bouleversée. Chacun doit gérer ses émotions intimes : colère, sentiment d’injustice, regrets, tristesse et en même temps, la famille doit faire face aux démarches indispensables qu’il faut réaliser dans un délai très court après l’officialisation du décès. 

Annoncer un décès qui survient à domicile de façon légale 

La première démarche “officielle” qui incombe à la famille lorsque le décès survient au domicile du défunt est d’en faire l’annonce auprès du service de l’état civil de la mairie du lieu de décès dans les 24 heures qui suivent le décès. A noter : les week-end et jours fériés ne sont pas compris dans le délai des 24 heures.  

Dans la situation d’une mort par suicide ou d’une mort accidentelle, c’est la police qui constate l’état du corps du défunt et rédige un procès-verbal relatant les circonstances de sa mort.  

Dans la situation où le médecin perd un patient des suites d’une maladie, il établit le certificat de décès du défunt. 

Le parent qui se rend dans une mairie pour y faire l’annonce d’un décès doit présenter le certificat de décès, éventuellement le procès verbal de police, le livret de famille du défunt et sa propre pièce d’identité.  

L’officier d’état civil établit l’acte de décès et en remet quelques exemplaires à la personne présente. L’acte de décès est nécessaire pour annoncer le décès aux différents organismes en relation avec le défunt. 

Important : on peut imaginer que des parents, homme ou femme, ne puissent faire seuls l’annonce de la perte de leur enfant. Dans ce cas, la famille peut souhaiter que les pompes funèbres réalisent eux-mêmes l’annonce du décès à la mairie du lieu de leur domicile.  

Faire l’annonce d’un décès à la famille et aux proches du défunt 

L’annonce du décès à la famille et aux proches du défunt est également une étape compliquée à gérer pour un parent endeuillé. Aucune règle particulière ne s’impose pour le faire aisément ! 

La famille doit apprendre la perte d’un parent “en direct” avec un membre de la famille. Personne ne doit prendre connaissance de la mort d’un parent en lisant le journal ou à la réception du faire part de décès.  

C’est souvent avec beaucoup d’émotions que les membres éloignés d’une famille reçoivent l’annonce du décès d’un parent. Que ce soit oralement ou dans un écrit personnalisé, faire cette annonce engage une responsabilité. Il peut être difficile de choisir ses mots en période de deuil. Les émotions prennent le dessus et l’annonce peut tout à fait amplifier la souffrance et la douleur de l’expéditeur comme celles du destinataire. La vie du défunt, ses passions, son engagement auprès de la communauté, peuvent orienter l’annonce de sa mort. 

Faire l’annonce d’un décès à un enfant 

Très jeune, l’enfant qui est confronté à la mort, cherche à en tirer une image concrète. Cet enfant est capable de comprendre que le décès d’un parent le prive définitivement de sa présence. Pourquoi intégrerait-il la tristesse de ses parents si le défunt est “parti pour un long voyage” ? En effet, pour un enfant, la personne en voyage va revenir, de la même façon que lorsqu’il part lui-même en vacances l’été par exemple. 

Faire l’annonce d’un décès à un enfant, c’est souvent affronter une multitude de questions, surtout si ce décès est le premier auquel il est confronté. 

Inutile de ressentir de la culpabilité ou de la gêne, offrez-lui la possibilité de comprendre avec des réponses franches.  

  • Papi est mort, mais est-ce qu’il va revenir ?”  
  • Non, il ne va pas revenir. La mort c’est la fin de la vie. Lorsqu’une personne meurt, elle ne revient jamais“. 

Et n’hésitez pas à ajouter “Papi est mort mais tu peux toujours penser à lui“. En disant cela, vous combler le vide que l’enfant peut ressentir et qui risque de s’exprimer à travers un sentiment d’angoisse, dans des cauchemars nocturnes ou à l’inverse, nourrir son imaginaire à mauvais escient. 

Faire l’annonce d’un décès à l’entourage, en dehors de la famille du défunt 

L’annonce auprès de l’entourage professionnel, du voisinage, des adhérents de l’association dont il était le président, etc. peut se faire par l’intermédiaire de l’avis de décès. Même si cette forme d’annonce revêt un aspect impersonnel, elle offre à la famille l’opportunité de n’oublier personne, que ce soit un collègue de travail ou un voisin. 

La nouvelle du décès d’un parent auprès des organismes en relation avec ce dernier se fait par courrier. La famille rédige une lettre explicative et joint l’acte de décès et la photocopie du livret de famille du défunt. Chaque service tient compte de cette annonce et donne suite selon ses prérogatives afin de régulariser la situation du défunt et de sa famille.