L’avis de décès : qu’est-ce que c’est ? - Odella.fr

  

Le deuil est une période difficile à vivre, où la réalité et les émotions s’affrontent. La perte d’un parent, d’un ami, d’un voisin ou d’un collègue de travail interroge chacun d’entre nous sur l’empreinte laissée par le défunt et sur ce qu’il a réalisé dans sa vie.  

Aussi, il est commun que les proches du défunt rédige un avis de décès pour informer les tiers de cette perte. 

Que faire avant de rédiger l’avis de décès ? 

La période de deuil a à peine commencée, qu’il faut immédiatement penser aux démarches administratives. C’est un moment pénible qui impacte les parents les plus proches du défunt.  

En effet, dès que le décès est constaté par un médecin ou par la police (dans certaines circonstances), il faut se rendre à la mairie du domicile du défunt pour y déclarer le décès et récupérer le certificat de décès. Il faut ensuite organiser la cérémonie funéraire, les obsèques se déroulant généralement dans un délai de six jours après le décès.  

Pour cela, si le défunt de son vivant n’avait pas signé d’assurance décès ou d’assurance obsèques, la première démarche est de trouver une entreprise de pompes funèbres en mesure de répondre à vos attentes. Pour ne pas se tromper dans ce choix, il est possible d’en contacter plusieurs sur internet afin de comparer les devis. 

En parallèle de ces démarches, la famille du défunt doit rédiger l’avis de décès de leur proche et choisir la filière afin qu’il soit publié : presse locale ou presse nationale, journal au format papier ou numérique sur internet. 

Le faire-part de décès peut être envoyé après que la cérémonie des obsèques se soit déroulée, dans la mesure où le défunt de son vivant et/ou la famille souhaitaient que la cérémonie se déroule en toute intimité. 

L’avis de décès, qu’est-ce-que c’est ? 

L’avis de décès est à différencier du faire-part. Ce dernier étant plus concis, il informe du décès de la personne et précise le détail des obsèques : lieu, cérémonie religieuse ou civile, crémation, inhumation… Le faire-part est adressé nominativement aux connaissances du défunt et principalement aux personnes qui sont censées assister aux funérailles. 

L’avis de décès est un acte social qui touche les connaissances du défunt au sens large. La famille peut décider de le publier dans un journal, une édition locale ou nationale. Dans la diffusion d’un avis de décès, il est important de prendre en compte l’intégralité des relations du défunt et l’ensemble de ses connaissances (amis, voisins, collègues de travail…).  

Si le journal fait l’objet d’une diffusion sur internet, l’avis de décès pourra toucher davantage de monde, et jouer parfaitement son rôle d’information. 

Alors que le faire-part rend hommage au défunt de façon « succincte », le contenu de l’avis de décès peut relater davantage d’éléments, tels que les événements les plus heureux de la vie du défunt (mariage, naissance des enfants), ainsi que ses réussites personnelles (récompenses sportives ou culturelles), professionnelles ou associatives (loisirs). 

Les proches du défunt, y compris son conjoint et ses enfants, n’ont pas toujours connaissance des relations qu’il entretenait en-dehors du cercle familial. Le défunt était important pour bon nombre de personnes, certaines d’entre elles vont ressentir la nécessité de manifester leur soutien auprès de la famille et de présenter leurs condoléances. 

De nombreux sites internet mettent à disposition de chaque personne, la possibilité d’effectuer une recherche et de consulter les listes des décès survenus en France. Il existe notamment un registre (fichier) national des décès, et il est aussi possible de créer une « alerte décès » en fournissant des renseignements précis sur le défunt recherché : nom, prénom, âge, marié, célibataire, ville ou région du lieu de vie…  

Le fait de recevoir des manifestations chaleureuses est réconfortant. Le geste envers la famille du défunt peut aboutir à des rencontres (partenaires de loisirs, collègues de travail…). Celles-ci vont corroborer l’image de la personne disparue, valoriser ses valeurs morales en montrant l’authenticité de son engagement au sein d’une communauté associative par exemple, et peuvent témoigner de son respect pour chaque personne qu’il avait côtoyée. 

L’avis de décès, comment est-il rédigé ? 

En France, la publication d’un avis de décès n’est pas obligatoire. Pourtant, la famille qui rédige un avis de décès doit tenir compte des codes rédactionnels.  

Exemple de contenu pour un avis de décès 

Monsieur Jean-Michel DURAND, son conjoint, 

Philippe, Rose, et Martine, ses enfants, 

Thérèse, Didier et Jean-Philippe, ses petits-enfants, 

ont l’extrême douleur de vous faire part du décès de 

Madame Delphine DURAND née DUPONT, 

survenu le 24 janvier 2019 à Paris, à l’âge de 91 ans. 

Un hommage religieux sera rendu le 1er février 2019, à 15 heures, 

en la Cathédrale Saint Louis à Versailles (78). 

Il sera suivi de l’inhumation au cimetière Saint Pierre. 

Le défunt a émis le souhait d’être inhumé seulement 

en présence des membres de sa famille qui ne souhaitent 

pas recevoir de fleurs. 

La Famille remercie chaque personne ayant accompagné Jean-Michel lors de son dernier voyage.  

En dehors de la publication de l’avis de décès dans un journal, les familles ont l’opportunité de mettre en ligne des « pages souvenirs ».  

De même que l’avis de décès, c’est un véritable hommage au défunt qui dure dans le temps, une célébration sans limite où la famille peut déposer une photo, un poème, un message souvenir écrit par les enfants ou les petits-enfants…