Modifier son testament : les différentes étapes - Odella.fr

En France, la rédaction d’un testament permet à chaque personne de faire connaître et respecter ses volontés pour la transmission de son patrimoine. Afin de rédiger ce document, le testateur dispose de plusieurs solutions, comme le testament olographe à faire seul, ou le testament authentique à réaliser devant notaire. Tout au long de sa vie, et jusqu’à son décès, la personne concernée peut modifier ses dernières volontés comme bon lui semble, à condition de respecter les dispositions prévues par le droit français. De la simple modification à la révocation complète du testament, voici les différentes étapes possibles pour le testateur. 

Dans quels cas modifier son testament ? 

Tout au long de notre vie, nous vivons des événements imprévus qui peuvent bouleverser nos relations personnelles. À ce titre, le testament peut se retrouver ébranlé lui aussi et nécessiter une modification des dernières volontés qui y figurent. Parmi les cas nécessitant de modifier ce document, on retrouve par exemple : 

  • Une naissance ; 
  • Une séparation ; 
  • Un décès ; 
  • Une rupture familiale. 

En règle générale, il est recommandé de faire le point tous les 5 ans, pour au moins s’assurer qu’aucune modification n’est requise. Attention cependant à tenir compte de certaines règles, comme la présence dans un contrat de mariage d’une clause appelée « au dernier vivant les biens ». Si tel est votre cas, cela signifie que vous devez obtenir l’autorisation de votre conjoint pour modifier votre testament. 

Comment le testateur peut-il modifier légèrement son testament ? 

Le droit des successions est très complexe et accorde généralement peu de liberté en termes de rédaction. Toutefois, un testament n’a pas nécessairement besoin d’être révoqué pour pouvoir être modifié. En effet, pour des modifications de moindre importance, le testateur peut faire modifier son testament grâce à plusieurs dispositions.  

Pour un testament olographe, rédigé sans avoir eu recours à un notaire, le testateur peut choisir d’adjoindre un codicille, une sorte d’avenant au testament d’origine, dans lequel il expose ses dernières volontés modifiées. Néanmoins, comme pour la rédaction du testament, la mise en forme et le contenu du codicille doivent respecter les règles et conditions du droit français. 

Pour un testament authentique, réaliser avec un notaire, toute modification nécessite de faire à nouveau appel à celui-ci. Là encore, un codicille contenant toutes les modifications voulues par le testateur peut être annexé au testament. Bien évidemment, comme pour l’acte original, la rédaction d’un codicille entraîne des frais de notaire. 

Comment le testateur peut-il modifier entièrement son testament ? 

Pour une modification plus importante, qui touche par exemple aux héritiers désignés par le testateur, la rédaction d’un codicille est fortement déconseillée. Dans cette situation, il vaut mieux au contraire rédiger un nouveau document. 

Concernant ce nouveau document, il est possible d’en choisir la forme. Si vous révoquez un testament olographe, vous pouvez tout à fait rédiger un testament authentique, et inversement.  

La seule précaution à prendre est de détruire l’ancien testament, et notamment lorsqu’il s’agit d’un testament olographe, puisque le notaire se charge lui-même de détruire le testament authentique. 

Au sein de ce nouveau document, et par mesure de sécurité, il est préférable d’inscrire que les dispositions écrites annulent et remplacent celles du testament précédent. Sans cette formule, seules les volontés incompatibles avec l’ancien testament pourraient être prises en compte, et toutes les autres resteraient applicables tant qu’elles ne sont pas contredites.