Testament et héritage : Comment bien se préparer

Vous êtes en pleine réflexion sur votre succession et souhaitez organiser le partage de votre patrimoine entre plusieurs héritiers ? Rédiger un testament est le meilleur moyen de répartir votre héritage comme vous l’entendez. Afin de diviser les biens entre plusieurs héritiers, ce document doit être particulièrement précis et tenir compte de certaines règles strictes. Pour vous aider à préparer au mieux la transmission de votre succession, voyons en quoi consiste le testament et comment le rédiger. 

Pourquoi rédiger un testament ?

De nos jours, la rédaction d’un testament est devenue une pratique courante pour toute personne majeure. C’est ce document qui permet de préciser les dernières volontés de chacun, et de statuer quant à la division des biens et de la succession. De la même façon, il peut désigner un exécuteur testamentaire, chargé de veiller au respect de son contenu, ou encore régler des questions plus personnelles. De la désignation des personnes en charge des enfants, aux détails de l’organisation des obsèques, le testament est un dernier dialogue entre le défunt et ses proches. 

Qui peut rédiger un testament et comment ? 

Toute personne saine d’esprit, majeur ou mineur de plus de 16 ans, en possession juridique de ses biens, peut rédiger un testament à l’attention de sa famille et de ses proches parents. 

Pour être valable aux yeux de la loi, un testament ne peut revêtir que 3 formes spécifiques : le testament olographe, le testament authentique ou le testament mystique. 

Le testament olographe est la forme la plus répandue, puisqu’il suffit de rédiger un document écrit, daté et signé de votre main. Facile et gratuit, il n’en est pas moins risqué, car il peut facilement être contesté par vos héritiers devant un tribunal. 

Le testament authentique est le plus sûr de tous, puisqu’il est établi par un notaire, en présence de 2 témoins ou d’un second notaire. Signé de votre main, il est un moyen efficace de voir la transmission successorale répartie comme vous le souhaitez, sans qu’aucune contestation ne soit possible par les enfants ou autres proches parents. 

Enfin, le testament mystique est plus rarement utilisé, puisqu’il doit être déposé scellé devant un notaire, restreignant celui-ci qui ne peut attester sa conformité. 

Comment doit être organisée la succession dans un testament ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la liberté de transmission a ses limites, notamment en présence d’héritiers directs. Par exemple, il vous est impossible de déshériter complètement des enfants ou d’un époux survivant, puisqu’ils sont tous considérés comme des héritiers réservataires. À ce titre, il n’est possible d’organiser la transmission d’une succession que dans le cadre autorisé par la loi. 

En d’autres termes, sur l’intégralité d’une succession, seule la quotité disponible, qui n’est pas destinée aux héritiers réservataires, peut être distribuée librement à qui vous le souhaitez. Si vous avez un enfant, cette quotité correspond à la moitié de vos biens, si vous avez 2 enfants, elle est d’un tiers, et si vous avez 3 enfants ou plus, seul le quart du patrimoine peut être réparti librement.  

Peut-on modifier ou supprimer un testament ?

Bien évidemment, il est possible durant toute votre vie de revenir sur ces dernières volontés, et d’organiser différemment une succession et un héritage. Dans le cas d’un testament olographe, il suffit de rédiger un nouveau document daté et de détruire l’ancien exemplaire. Au contraire, pour un testament authentique, il est nécessaire de retourner chez le notaire, afin de rédiger un codicille venant modifier ou supprimer les termes du testament antérieur.