Les soins de fin de vie à domicile, à qui faire appel  - Odella.fr

 Lorsqu’une personne malade souhaite terminer sa vie à son domicile, celle-ci peut bénéficier de la mise en place de soins palliatifs. Prodigué par des professionnels de santé et autres soignants, cet accompagnement peut se faire à l’hôpital, en maison de retraite, ou chez le patient.  

Bien qu’ils ne soient pas destinés à guérir la personne malade, les soins palliatifs peuvent lui permettre de vivre une fin de vie plus confortable, sans douleur ni souffrance (physique et psychique). Alors que la loi encadre de plus en plus cette pratique, notamment par le biais des directives anticipées, voyons quels sont les différents professionnels qui peuvent être impliqués dans les soins de fin de vie à domicile. 

Qui peut prendre en charge les soins palliatifs au domicile du patient ? 

Les soins palliatifs doivent automatiquement être prodigués par des professionnels de santé. Cet accompagnement nécessite donc certaines démarches de la part du médecin traitant, mais aussi de tous les spécialistes qui suivent le patient. Parmi les différents intervenants qui peuvent venir au domicile, on retrouve toute une liste de soignants habilités.  

L’HAD, hospitalisation à domicile : 

L’HAD est un service composé de professionnels de santé, qui permet d’assurer des soins techniques et médicaux au domicile d’une personne hospitalisée chez elle. Cette structure intervient notamment quand les infirmiers ou kinésithérapeutes du secteur libéral ne peuvent pas se libérer. Grâce à leur service 7 jours sur 7 et 24 h sur 24, les soins prodigués aux patients ne sont jamais interrompus. 

Cependant, l’accompagnement en HAD est soumis à l’obtention d’une prescription médicale, que ce soit par un médecin de l’hôpital ou par le médecin traitant du patient. De même, l’équipe de coordination de l’HAD doit valider la prise en charge de la personne malade, par le biais d’une évaluation pouvant inclure des critères liés à son logement. 

De manière générale, l’HAD n’intervient au domicile d’une personne malade que pour des soins palliatifs ou des soins techniques complexes. 

Les SSIAD (services de soins infirmiers à domicile) : 

Au contraire de l’HAD, les SSIAD n’interviennent qu’en relais, pour des prestations et des soins moins importants. Cela peut par exemple concerner la toilette du patient, qui n’est pas prise en charge par les services d’hospitalisation à domicile. Une fois de plus, cette structure n’intervient que sur prescription médicale, uniquement auprès de certains profils de malades : 

  • Une personne âgée de plus de 60 ans, gravement malade ou en perte d’autonomie ; 
  • Une personne âgée de moins de 60 ans, handicapée ou malade chronique. 

Leur champ d’intervention a pour objectif de compenser la dépendance, d’éviter l’hospitalisation, de faciliter le maintien à domicile, et de retarder l’entrée dans un établissement médicalisé. 

Sans limite de temps, les SSIAD peuvent intervenir pour plusieurs mois ou plusieurs années, et cela, 7 jours sur 7. 

Les professionnels du libéral : 

Qu’il s’agisse des infirmiers ou des kinésithérapeutes, tous les professionnels du libéral ont un rôle à jouer dans l’accompagnement vers la fin de vie. Ils peuvent par exemple faire des soins et des surveillances, procéder à des pansements ou des perfusions, et même faire des toilettes. Intervenant sur prescription médicale, les professionnels du libéral ont un champ d’action relativement vaste. 

Les aides à domicile : 

Bien qu’il ne s’agisse pas de professionnels de santé habilités, les services d’aide à domicile peuvent aussi intervenir dans le cadre des soins palliatifs. En effet, pour tous les actes qui ne sont pas d’ordre médical, comme se lever, s’habiller, faire ses courses ou préparer ses repas, le recours à des soignants n’est pas approprié.  

Pour cette raison, dans toutes les villes de France, on retrouve une multitude de services d’aide et d’accompagnement à domicile, soumis à une réglementation très stricte et contrôlés par le conseil départemental compétent. 

Les réseaux de soins palliatifs : 

Dans toutes les régions, il existe des associations appelées « réseaux de soins palliatifs », permettant de coordonner l’ensemble des soignants, professionnels de santé et aides à domicile qui s’investissent auprès du patient. 

Quel est le coût des soins palliatifs à domicile ? 

Comme pour n’importe quel soin ou acte médical, les soins palliatifs d’une personne malade sont intégralement pris en charge par l’Assurance maladie. En d’autres termes, la famille et le patient lui-même n’ont rien à débourser. Cela vaut non seulement pour l’accompagnement à domicile, mais également pour la mise en place de ces soins dans un établissement de santé.