Faire face à la mort lors des funérailles

Si vous venez de perdre un proche, un ami ou un parent, et que vous vous apprêtez à assister à ses funérailles, vous vous demandez peut-être comment faire face à ces instants difficiles. Que vous ayez déjà connu le décès d’une personne ou que vous soyez pour la première fois confronté à la disparition d’une personne de votre entourage, il n’est pas toujours facile de traverser l’épreuve des obsèques et des jours qui suivent. Pour avancer plus sereinement en ces circonstances, voici quelques conseils pour vivre un deuil dans les meilleures conditions possible. 

Assister aux obsèques du défunt 

Perdre un parent, un enfant ou un ami peut être un événement difficile à gérer, peu importe l’âge. Même si tout le monde vit son deuil à sa façon, certaines décisions aident malgré tout à avancer plus facilement. Parmi celles-ci, assister aux obsèques du défunt est souvent primordial, bien que de nombreuses personnes puissent penser le contraire, au point de ne pas toujours s’y rendre. 

Pourtant, les funérailles d’une personne aimée sont essentielles pour dépasser le stade du déni et de la stupeur. Psychologiquement, de nombreuses études attestent de l’importance des obsèques dans le processus de deuil, car elles sont parfois l’unique moyen de dire au revoir. 

Être actif à la cérémonie funéraire 

En plus de vous rendre aux obsèques du défunt, il peut être important de participer à la cérémonie funéraire, à travers la lecture d’un texte ou d’un poème. Par exemple pour retracer la vie de la personne décédée, ou aborder quelques anecdotes d’instants que vous avez partagé avec elle. Vous pouvez aussi jouer de la musique ou chanter une chanson, si vous vous en sentez capable, ou encore diffuser un artiste que le défunt aimait particulièrement. 

Accepter ses émotions 

Lorsque vous traversez un deuil, le plus important est de se confronter à vos émotions et de ne pas chercher à les étouffer. Tristesse, colère, culpabilité ou regrets, pour surmonter une peine, vous devez accepter tous ces états, qui ne sont pas toujours rationnels. Même si cette situation peut être difficile pour vos proches, qui tenteront sans doute tant bien que mal de vous consoler, certaines personnes ressentent le besoin de ressortir des photos, des objets ou tout autre souvenir du défunt, pendant quelques jours ou quelques semaines. Sentez-vous libre de vivre ce processus de deuil, sans toutefois vous laissez tomber dans un état dépressif trop important. 

Se faire aider par un spécialiste après les obsèques 

Même en assistant aux obsèques et à la cérémonie funéraire, faire le deuil d’un proche peut parfois s’avérer si difficile, que le recours à une aide extérieure est inévitable. Envisager de prendre les services d’un psychologue, ou de s’inscrire dans un groupe de parole, de confier sa peine et son histoire à d’autres personnes, qui traversent le même état, peut être salvateur.