L’importance d’un contrat d’assurance vie

Le contrat d’assurance vie est une forme d’épargne devenue populaire. Le capital constitué semble répondre à de nombreux objectifs comme celui de vous aider à vous reconstruire après le décès de votre conjoint en faisant face sans soucis à vos obligations financières.  

A ne pas confondre avec l’assurance décès, le contrat d’assurance vie est une épargne qui met en jeu trois intervenants : le souscripteur, le bénéficiaire et la compagnie d’assurance. 

Le souscripteur du contrat d’assurance vie 

En tant que souscripteur, vous avez signé un contrat d’assurance vie pour vous constituer une épargne dont vous profiterez au terme du contrat. C’est un des placements financiers le plus avantageux en termes de rentabilité.  

Si vous souhaitez léguer un capital à un parent proche afin de lui constituer un début de patrimoine, le choix du contrat d’assurance vie est le bon. En effet, le capital n’est pas soumis aux droits de succession. 

A noter : le souscripteur sous tutelle ou curatelle doit être assisté lors de la signature du contrat d’assurance vie, sous peine de nullité. 

Un contrat d’assurance vie peut aussi être signé entre un assureur et une personne morale, par exemple une association ou un employeur. Dans ce cas, l’épargnant n’est pas le souscripteur, mais seulement adhérent du contrat, donc non habilité à en modifier les termes. 

L’assuré dans un contrat d’assurance vie 

Dans la majorité des situations, l’assuré est également le souscripteur du contrat d’assurance vie. 

Mais il peut en être autrement. A titre d’exemple, si vous êtes un grand-père, vous pouvez désigner votre petite fille comme bénéficiaire dans le cas du décès de sa mère. L’assurance vie est alors placée sur la tête de la mère qui devient l’assuré. 

A noter : légalement, le souscripteur ne peut pas désigner comme assuré une personne sous tutelle ou une personne placée en établissement psychiatrique. 

Il semble logique que l’assuré, dans le cas où il n’est pas le souscripteur, donne son consentement par écrit. Il doit alors signifier qu’il connaît les conditions du contrat d’assurance vie et qu’il est d’accord sur l’identité du bénéficiaire.  

Le bénéficiaire du contrat d’assurance vie 

Si vous êtes bénéficiaire, vous percevez le montant du capital au décès de l’assuré mais tant que le souscripteur est vivant, c’est lui qui est désigné comme bénéficiaire du contrat d’assurance vie.  

Si vous désignez un membre de votre famille comme bénéficiaire de tout ou partie du capital de votre contrat d’assurance vie, il acquiert une partie du patrimoine familial, hors des contraintes financières de la succession.  

Attention : vous n’avez pas le droit de désigner comme bénéficiaire le médecin ou l’infirmière ayant participé aux soins de l’assuré durant sa maladie, ces personnes étant légalement frappées “d’incapacité de jouissance”. 

Le principe et la durée du contrat d’assurance vie 

Les fonds que vous déposez sur votre contrat d’assurance vie ainsi que les intérêts issus de ces fonds sous la gestion de l’assureur ne sont pas bloqués.  

Vous pouvez effectuer vos versements et augmenter votre capital à votre gré et de la même façon, décider du rachat de contrat. Si ce rachat est total, votre contrat d’assurance vie est résilié alors que si le rachat est partiel, votre contrat reste ouvert, avec un capital diminué. 

Outre la gestion des fonds investis par le souscripteur, c’est l’assureur qui réalise le versement de la totalité du capital et de ses intérêts (en euros) au bénéficiaire désigné. Ce versement peut avoir lieu en totalité ou sous la forme d’une rente (mensuelle). 

Le contrat d’assurance vie est tacitement reconductible chaque année à la date anniversaire de sa signature et il est conseillé de ne pas toucher au capital pendant 8 ans minimum afin que la fiscalité associée devienne avantageuse. Ces 8 années permettent aussi d’amortir au maximum les 2 à 4 % de frais d’entrée prélevés par les assurances au moment de la souscription. 

A noter : les contrats d’assurance vie souscrits en ligne sur Internet ne sont pas soumis à ces frais d’entrée. 

Si vous êtes décidés à souscrire un contrat d’assurance vie, vous devez savoir que la meilleure rentabilité de ce type de contrat en 2019 se situe aux alentours de 3,15%.  

Les contrats d’assurance vie multi supports en unités de compte (UC) représentent un investissement qui mixe les fonds en euros et les fonds en unités de compte, permettant de diversifier les supports financiers. L’épargne en unités de compte est engagée sous la forme d’obligations et d’actions. Elle apporte moins de garanties de réussite que l’épargne en euros.