Assurance vie, pourquoi en prendre une - Odella.fr

Le contrat d’assurance vie est l’un des contrats d’épargne préférés des Français, puisqu’il permet de mettre de l’argent de côté pour sa famille en cas de décès, tout en profitant d’une fiscalité avantageuse et de nombreux autres atouts. Souscrite à long terme, l’assurance vie permet de constituer un capital non négligeable, par le versement de primes tout au long de l’année. Avec son très bon rendement, ce type de contrat est un investissement particulièrement intéressant, bien plus que les nombreux produits d’épargne classiques. Pour en savoir plus sur l’assurance vie, ses modalités et sa gestion, voici un mode d’emploi pour vous aider avant d’y souscrire. 

Qu’est-ce qu’un contrat d’assurance vie ? 

Une assurance vie est avant tout un placement financier qui permet à son souscripteur de mettre de l’argent de côté. Par ce biais, celui-ci est assuré de transmettre une somme plus ou moins importante au bénéficiaire de son choix après son décès, voire d’en profiter lui-même s’il souscrit à cette dernière au cours d’une maladie dont il guérit. En fonction des primes versées et du capital investi, le souscripteur perçoit aussi des intérêts sur ce contrat d’assurance vie, qui lui permettent entre autres d’optimiser son investissement. 

À tout moment, le souscripteur d’une assurance vie peut décider de rompre son contrat et de récupérer le capital investi, ainsi que les intérêts correspondants. À défaut de suspension, le contrat reste valable automatiquement jusqu’au décès du souscripteur, entraînant lui-même le versement du capital et des intérêts au bénéficiaire indiqué (enfants, conjoints, concubin, frères et sœurs, etc.). 

Le principal intérêt du contrat d’assurance vie reste sa fiscalité, puisqu’il n’est pas soumis aux mêmes droits en matière de succession et de transmission du patrimoine. Toutefois, certaines personnes choisissent d’y souscrire pour préparer leur retraite, voire pour se constituer en capital en vue d’un investissement immobilier. 

Comment fonctionne le contrat d’assurance vie ? 

Contrairement aux idées reçues, un contrat d’assurance vie ne se résume pas au versement de primes qui constituent un capital. En effet, il faut distinguer deux options bien spécifiques pour cet investissement, qui n’ont pas du tout les mêmes conséquences pour le souscripteur : 

  • Les fonds en euros ; 
  • Les unités de compte. 

Si le contrat d’assurance vie est souscrit avec les fonds en euros, ceux-ci permettent un minimum de sécurité pour le souscripteur, puisque le capital est garanti par l’assureur. Ainsi, il est impossible de perdre de l’argent avec cette clause, d’autant plus que les intérêts sont fixes et définitivement acquis. 

Au contraire, les unités de compte forment un support d’investissement bien plus volatile, qui n’assure aucune garantie du capital. Son principe est simple, puisqu’il s’agit d’investir dans différentes classes d’actifs, qu’il s’agisse d’actions, d’obligations ou encore d’immobilier. Étant donné que les marchés financiers sont instables, une unité de compte peut tout à fait avoir un rendement négatif, ce qui fait perdre une partie de l’argent investi au souscripteur du contrat d’assurance vie. Toutefois, l’inverse est également valable, puisque le souscripteur peut aussi doubler ou tripler sa mise en fonction de l’évolution du marché. 

Comment se déroule la souscription d’un contrat d’assurance vie ? 

Il n’y a pas de durée légale fixe pour un contrat d’assurance vie, et celle-ci est librement définie par le souscripteur et l’assureur. Généralement, celui-ci est reconduit chaque année par tacite reconduction, tant qu’aucune des deux parties n’y met un terme. 

Concernant le versement des primes, l’assurance vie peut être conclue sous 3 formes : 

  • Le versement initial, à la souscription du contrat ; 
  • Les versements complémentaires libres, avec lequel le souscripteur place son argent lorsqu’il le souhaite ; 
  • Les versements complémentaires programmés, qui définissent un montant versé chaque mois, chaque trimestre, chaque semestre ou chaque année. 

Du côté des frais, le contrat d’assurance vie est soumis à différents prélèvements, avec par exemple les frais d’entrée à la souscription du contrat, ou encore les frais prélevés à chaque versement, qui peuvent varier entre 0 et 5 %. De même, on retrouve les frais de gestion qui rémunèrent l’assureur, entre 0,5 et 1,5 % de la totalité de l’épargne, ainsi que les frais d’arbitrage, uniquement lorsque des sommes d’argent transitent des fonds en euros aux unités de compte, et inversement. 

Comment se déroule la gestion du contrat d’assurance vie ? 

Généralement, un assureur propose plusieurs modes de gestion, comme la gestion libre, entièrement à la charge du souscripteur, la gestion pilotée, entre les mains du courtier ou de l’assureur, et la gestion sous mandat, qui consiste à déléguer à une société de gestion homologuée par l’assureur.