Je vais à mon premier enterrement, comment se passe la mise en bière ? - Odella.fr

La mise en bière fait partie intégrante des obsèques, peu importe que la famille du défunt ait opté pour la crémation ou l’inhumation. Toutefois, malgré son statut incontournable, les proches savent rarement ce qu’elle signifie. Afin de mieux comprendre cette démarche, qui consiste à placer le corps du défunt dans son cercueil, voici quelques éléments pour mieux comprendre cette mesure inévitable au moment des obsèques. 

Pourquoi dit-on « mise en bière » pour désigner le dépôt du défunt dans le cercueil ?

Le terme même de « mise en bière » peut paraître intrigant. Pour le comprendre, il faut remonter à des temps anciens, où le vieux français était de rigueur. En effet, l’expression tire son étymologie du mot latin « bera », qui ne signifie ni plus ni moins que « brancard », utilisé dans l’histoire pour les grandes épidémies qui faisaient de nombreux décès, et dont les corps étaient jetés au bûcher ou dans la fosse commune. La mise en bière prend donc son origine dans notre passé, alors que « bière » ne désigne plus le brancard, mais bien le cercueil. Ceci explique donc pourquoi il s’agit d’une étape essentielle, que l’on rencontre aussi bien lors d’une inhumation que d’une crémation. 

Que dit le droit français concernant le processus de mise en bière ?

En France, la mise en bière est une étape des obsèques réglementée par la loi. Ainsi, elle est obligatoire, puisque pour n’importe quelles funérailles, la famille doit toujours choisir un cercueil, devant lequel elle peut potentiellement se recueillir alors qu’il est ouvert. 

Pour le transport néanmoins, comme pour celui vers le cimetière, ce cercueil doit être fermé, afin de sécuriser le corps du défunt. Seule l’entreprise de pompes funèbres mandatée par la famille peut procéder à la mise en bière. 

Avant la mise en bière du défunt, si celui-ci portait des prothèses ou tout autre appareil médical, comme un Pacemaker, ces derniers doivent être retirés par le thanatopracteur en charge des soins du corps.  

Une fois que le cercueil a été fermé et que la mise en bière est terminée, celui-ci ne peut pas être rouvert avant un délai de cinq ans, sauf si le procureur de la République le demande de manière très officielle. 

Comment se déroule la mise en bière d’un défunt ?

Généralement, la mise en bière a lieu avant la cérémonie funéraire, afin que la famille du défunt puisse voir le corps jusqu’au dernier moment. Lorsqu’il n’y a pas de cérémonie, la mise en bière intervient avant le départ au cimetière ou au crématorium. De même, un minimum de 24 heures doit séparer le décès du défunt de sa mise en bière, ce qui implique que le cercueil ne peut pas être fermé avant ce délai. Enfin, pour procéder à la mise en bière, la loi impose un délai maximum de six jours entre le décès et la fermeture du cercueil.  

Concernant le lieu, cette étape peut intervenir au funérarium, mais aussi à l’hôpital, à la maison de retraite, ou au domicile du défunt. 

Est-ce que la famille peut assister à la mise en bière ?

Les proches et la famille du défunt peuvent tout à fait assister à la mise en bière, à condition d’avoir prévenu l’entreprise de pompes funèbres. Toutefois, pour des raisons psychologiques, il est préférable de s’abstenir et de faire les derniers adieux avant la fermeture du cercueil.