Au décès d’un individu, il est d’usage de le transporter en chambre funéraire ou en chambre mortuaire. Il peut aussi arriver que le défunt repose à son domicile le temps des obsèques.
Quelles différences y’a-t-il entre une chambre funéraire et une chambre mortuaire ? Que prévoit la loi ? Eclairage.

La chambre mortuaire

Définition

La chambre mortuaire est un lieu aménagé dans un établissement de santé, accueillant les défunts lorsqu’un décès survient au sein même de la structure. Aussi, il s’agit de lieux prévus pour accueillir les proches du défunt qui souhaitent se recueillir suite à l’annonce brutale de son décès.

La chambre mortuaire est aussi appelée morgue, dépositoire, voire même amphithéâtre.

Les structures possédant une chambre mortuaire

La loi française prévoit que lorsqu’au mois 200 décès ont lieu au sein d’un hôpital, une chambre mortuaire doit y être installée.
Les cliniques ou les maisons de retraite peuvent en avoir pour faciliter les démarches mais ce n’est pas une obligation, à l’instar des petites structures médicalisées.

Protocole et absence de chambre mortuaire en établissement de santé

Que se passe-t-il lors du décès dans une structure de santé ? Lorsque le décès est prononcé et que le certificat de décès est rédigé par le médecin, le corps est transféré en chambre mortuaire. Si la structure ne dispose pas de ce lieu de recueillement et de conservation du défunt, la direction doit prévenir la famille dans les 10 heures suivant le décès. Ainsi, cela laisse le temps à la famille de trouver une place dans un funérarium (le délai est de 24 heures) ou d’accueillir le défunt à son domicile.
Sur demande de la direction, cette prise en charge extérieure dans une chambre funéraire peut être aux frais de l’établissement de soin (pour une durée de trois jours).

Le coût d’une chambre mortuaire

Une chambre mortuaire se différencie drastiquement de la chambre funéraire notamment au niveau du prix. En effet, les trois premiers jours d’accueil en chambre mortuaire sont offerts à la famille.
Le défunt peut y rester jusqu’à 6 jours (durée légale maximale avant les obsèques) ou 10 jours, si le corps du défunt n’est pas réclamé par sa famille. Le transfert du corps n’est pas facturé à la famille.
En moyenne, on estime à environ 80 euros le tarif journalier d’accueil en chambre mortuaire. Le budget sera moins conséquent que pour une chambre funéraire si l’on considère les trois jours d’accueil gratuits.

La chambre funéraire

Définition

La chambre funéraire, à l’instar de la chambre mortuaire, est le lieu d’accueil du défunt, avant la cérémonie d’obsèques. Le défunt peut y reposer jusqu’à 6 jours.

La chambre funéraire est gérée par une régie municipale ou une entreprise de pompes funèbres.

Ce lieu est également appelé : salon funéraire, funérarium, athanée, maison funéraire.

L’accueil en chambre funéraire

Le dépôt du corps du défunt dans une chambre funéraire n’est pas obligatoire. En effet, à moins que le défunt soit décédé sur la voie publique, ou dans un accident, aucune loi n’oblige la famille à ce transfert.
Cette chambre funéraire permet d’accueillir les proches du défunt qui souhaitent se recueillir autour de la dépouille avant les obsèques. Aussi, des soins peuvent être apportés à l’être cher disparu et seront réalisés au salon funéraire.

Protocole d’admission

Lorsque le décès est prononcé, les pompes funèbres en charge des obsèques demandent l’autorisation à la mairie du lieu de décès de transférer le défunt dans un salon funéraire. Le défunt doit y être transféré sous 24 heures après que le décès a été constaté (ou 48 heures si le défunt a reçu des soins de conservations en chambre mortuaire par exemple).

Le coût d’une chambre funéraire

Les salons funéraires sont des sociétés privées, bien que faisant partie de l’espace public. Aussi, elles sont en droit de facturer les tarifs de leur choix. En moyenne, une journée en chambre funéraire coûte 80 euros, toutefois certains gérants proposent des forfaits pouvant aller jusqu’à 400 euros.

Dans le cas où les obsèques du défunt devaient avoir lieu après les six jours maximum d’accueil en chambre funéraire, comptez un budget de 480 euros (contre en moyenne 240 euros en chambre mortuaire).

A cela s’ajoute le tarif du transfert du corps vers la chambre funéraire, et les soins de thanatopraxie si le défunt le désirait.

Le choix entre une chambre funéraire ou une chambre mortuaire dépend donc du lieu où le défunt a perdu la vie mais aussi de ses dernières volontés. La loi française prévoit des délais plus ou moins longs afin de permettre aux familles de répondre aux souhaits de fin de vie du défunt mais aussi de leurs propres contraintes.

(Crédit photo : iStock)