Comment donner son corps à la science ?

Chaque année, de nombreuses personnes font la démarche de donner leur corps à la science. Si l’idée est plus séduisante pour beaucoup qu’une inhumation ou une crémation automatique, transmettre sa dépouille n’est pas une mince affaire. Pour l’enseignement des étudiants en médecine ou pour la recherche médicale, cette décision implique de faire don de son corps à une faculté de médecine ou à une école de chirurgie. Toutefois, de nombreux donateurs continuent de confondre cette pratique avec le don d’organes. Pour vous éclairer sur le don du corps à la science et sur les démarches à remplir, nous vous proposons d’en découvrir davantage ici. 

En quoi consiste le don du corps à la science ?

Encadré par la loi, le don du corps à la science est considéré comme un legs. Si tous les adultes peuvent faire cette démarche, les personnes sous tutelle n’en ont toutefois pas la possibilité. 

Si vous réfléchissez à l’idée de donner votre corps à la science, sachez que la procédure est généralement payante. En effet, la plupart des établissements, qu’il s’agisse d’une école ou d’un laboratoire de faculté, souhaitent couvrir les frais de prise en charge et d’inhumation. Il est donc préférable de bien vous renseigner avant toute déclaration. 

Quelle est la démarche à réaliser pour donner son corps à la science ?

En France, il existe 28 centres de dons aptes à recevoir votre dépouille. Pour concrétiser ce souhait, vous devez contacter l’un de ces centres, au moyen d’une déclaration sur papier libre, datée et signée de votre main. 

Une fois que la faculté a traité votre demande, celle-ci vous renvoie plusieurs documents à remplir, dont une fiche de confirmation du don et une fiche de renseignements sanitaires. À ces dernières, vous devez joindre en retour une photocopie de votre carte d’identité, ainsi que le règlement des frais demandés par l’établissement.  

Lorsque la procédure est complète, vous recevez une attestation d’enregistrement, ainsi qu’une carte de donneur, à garder impérativement avec vos papiers d’identité. Si vous perdez cette carte, votre choix est invalidé. 

Dans quel cas le corps peut-il être refusé par la faculté de médecine ?

Malgré les démarches entreprises pour donner son corps à la science, la faculté de médecine choisie peut tout à fait refuser ce corps pour plusieurs motifs : 

  • vous n’avez plus votre carte de donneur au moment du décès ; 
  • la dépouille n’a pas été transportée dans le délai obligatoire de 48 h ; 
  • le décès est intervenu à l’étranger obligeant à la mise en bière de la dépouille ; 
  • le décès est consécutif à une maladie contagieuse, à un accident de la route, ou à un suicide. 

Que deviennent les corps donnés à la science ?

Pour récupérer un corps après le décès du donneur, les services de la faculté de médecine disposent d’un délai de 48 h maximum. Au moment du transfert, la famille doit également fournir un certificat de décès, un certificat de non-contagion et une déclaration préalable de transport. 

Une fois arrivée au sein de la faculté, et plus particulièrement de son laboratoire de médecine, la dépouille peut être embaumée ou conservée dans le froid, en attendant d’être utilisée dans le cadre de l’enseignement ou de la recherche. 

Après ces diverses opérations, le corps est généralement incinéré et répandu dans un jardin du souvenir. Toutefois, quelques facultés sont en mesure de rendre les cendres aux familles, d’où l’importance de bien faire son choix