A la perte d’un être cher, un long processus de deuil se met en place. Ce processus comprend plusieurs étapes, plus ou moins longues selon les endeuillés. Le deuil est donc une épreuve à surmonter. De nos jours, de nouvelles médecines douces voient le jour pour accompagner les personnes en deuil. C’est notamment le cas de la sophrologie. Explications.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

Etymologiquement, la sophrologie correspond à l’harmonisation de la conscience. (Sôs : harmonie / Phren : l’esprit / Logos : Science). Cette médecine douce a été conçue par le docteur Alfonso Caycedo en 1960. Elle a pour bases des méthodes occidentales et orientales. La sophrologie est une technique de soins thérapeutiques ou une nouvelle philosophie de vie s’appuyant sur des techniques de relaxation associées à des exercices de respiration et à l’évocation positive. La sophrologie est une technique uniquement verbale. Aucun soin de contact physique n’est pratiqué.

Cette méthode est largement prisée par les Français depuis quelques années. En effet, d’après la Chambre Syndicale de la Sophrologie, il s’agit de la première méthode de médecine douce recherchée en France.

Des techniques de sophrologie pour apaiser le deuil

La sophrologie repose sur les mots. En effet, le praticien et l’endeuillé vont échanger en effectuant ce qu’il est courant d’appeler une “anamnèse“. Comprenez, un retour dans votre passé vécu, oublié, voire même refoulé.
Par des échanges simples, le praticien va tenter de “désactiver” les éléments déclencheurs de stress, d’angoisse ou de tristesse face au deuil. Le sophrologue entre alors dans une phase d’écoute de l’endeuillé. Sans conseiller à tout va, il va le ramener à des souvenirs heureux, des pensées positives, lui donner les clés utiles pour reprendre possession de ses moyens lorsque le deuil devient trop difficile à gérer.
Les exercices de respiration et de relaxation permettent à la personne en deuil de mieux gérer ses émotions et d’aller au-delà de la tristesse ou de ses angoisses lorsqu’elles surviennent.

De la même manière, le sophrologue accompagnera son patient dans l’acceptation des moments douloureux : peine, cauchemar, crise d’angoisse. Ces manifestations sont normales en période de deuil, le chagrin et la peine sont présents et ne peuvent disparaître du jour au lendemain. La sophrologie permet alors de prendre du recul, et de surmonter ces événements sur le long terme.

Quels sont les bienfaits de la sophrologie sur une personne en deuil ?

La sophrologie est une science qui permet à la personne endeuille de se sentir en sécurité, réconfortée dans des moments sombres. Comme évoqué plus tôt dans l’article, la peine et le chagrin sont présents. Il faut donc composer avec ces éléments au quotidien.
Le sophrologue offre donc, par la parole, un cadre apaisant à ses patients. Il leur permet de mieux comprendre leurs émotions, de les accepter comme faisant partie intégrante du processus de deuil, mais aussi de libérer la parole grâce à une empathie très développé et un pouvoir de l’écoute. En acceptant ses émotions, en se livrant, l’endeuillé reprend alors confiance en lui, il reprend possession de son soi intérieur. La sophrologie replace le mental au centre du processus. La force mentale du patient, le contrôle des émotions, la connaissance de son corps, de sa respiration, de sa place sur terre. Lorsque rien ne va, l’endeuillé peut alors fermer les yeux et visualiser un cadre apaisant, relaxant, qui lui permettra de s’évader quelques instants et de chasser les pensées négatives de son esprit. Il y a là la découverte d’un équilibre émotionnel.

(Crédit photo : istock)