Fin 2021 déjà, les personnes âgées de 60 ans et plus étaient au nombre de 15 millions sur le territoire français et représentaient à elles seules près de 20% de la population. Si leur nombre est amené à croître ces prochaines années, en raison de l'espérance de vie toujours plus élevée des individus, le gouvernement doit prendre les devants et proposer des mesures afin d'inclure les seniors dans la société. Egalement, des solutions doivent être trouvées pour permettre aux plus âgés de rester chez eux le plus longtemps possible et limiter le recours aux Ehpad, et par extension, au personnel, au matériel, etc. Quels sont les grands projets du gouvernement en 2023 et 2024 pour soutenir nos aînés ? Tour d'horizon.

Le personnel soignant

C'est une avancée majeure, que Jean-Christophe Combe, Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées de France, souhaite mettre en place en 2023. En effet, parmi les mesures retenues pour améliorer la vie de nos aînés et faciliter le travail des soignants, déjà en souffrance en France, l'Etat prévoit :

  • 3 000 places d’aides-soignants et infirmiers dans les Ehpad en 2023.
  • 4 000 places dans les services d’aide à domicile en 2023.
  • 50 000 postes supplémentaires d’ici à 2027.

Les aidants

Pour rappel, un aidant est généralement un membre de la famille d'une personne âgée ou en situation de perte d'autonomie, qui souhaite mettre son temps à contribution pour aider son proche au quotidien.

S'il s'agit d'actes du quotidien relativement "normaux" pour la plupart des familles, qui ont à coeur d'aider leurs proches dans l'administratif, la gestion du quotidien, les courses, les soins, la mise en place de services à la personne, ce statut est désormais officialisé en France. Dès lors, l'aidant peut être accompagné par l'Etat et percevoir des aides, bénéficier de congés spécifiques, disposer de droits, etc.

Parmi les évolutions souhaitées par le gouvernement les années à venir :

  • le renfort de l’offre de répit, qui permet à un aidant de prendre quelques jours de congés pour se reposer,
  • la reconnaissance de l’ensemble des aidants,
  • le cumul de la retraite tout en ayant une activité d'aidant,
  • la prise en compte des savoirs expérientiels, c'est-à-dire l'expérience personnelle de la personne dans son parcours de soin,
  • la conciliation des temps, autrement dit, comment jongler d'un statut aidant à un statut salarié, tout en ayant une vie privée à côté.

Le maintien à domicile

Rester chez soi le plus longtemps possible est généralement un souhait que beaucoup d'individus partagent lorsqu'ils prennent de l'âge. Face à la population vieillissante, le gouvernement doit mettre en place des mesures pour garantir le maintien à domicile des personnes âgées, dans de bonnes conditions (santé, sécurité, psychologie).

Ainsi, 8 dispositifs sont sur la table des négociations :

  • La Prime Adapt' : cette prime devrait voir le jour en 2024. Celle-ci a vocation à permettre aux personnes d'adapter leur domicile pour pouvoir éviter l'hébergement en Ehpad ou les hospitalisation dues aux chutes. Ainsi, les rénovations proposée dans le cadre de la prime sont les suivantes :
    • Un monte-escaliers ou ascenseur privatif ;
    • Des barres d’appui sur les murs, portes et escaliers.;
    • L'élargissement de l’accès aux fauteuils roulants ;
    • L'équipement des sanitaires avec des toilettes surélevées, une baignoire à porte ou des lavabos plus bas pour les personnes à mobilité réduite…
  • La rénovation de 3000 nouveaux logements en résidence autonomie d’ici 2030. Pour rappel, les résidences-autonomies accueillent des personnes âgées encore autonomes mais qui souhaitent vivre dans des logements adaptés à leurs besoins et sécurisés
  • La réhabilitation des résidences accueillant les personnes âgées.
  • Les habitats inclusifs : permettent aux personnes âgées de vivre en collocation avec d'autres seniors, dans des lieux de vie aménagés à cet effet. En toute sécurité, avec des aménagements adaptés à leurs besoins et leurs difficultés, ils peuvent profiter d'une vie en communauté et sortir de l'isolement.
  • L'ajout de 2h d’accompagnement supplémentaire par semaine à partir du 1er janvier 2024, pour les personnes bénéficiant de l'APA, afin de maintenir du lien social.
  • Le financement des soins infirmiers pour les personnes handicapées ;
  • La création de 4000 places supplémentaires dans le cadre des services d'aide à domicile ;
  • La gratuité des consultations de prévention pour les personnes de 60-65 ans afin de détecter les signes avant coureurs de maladie ou de perte d'autonomie.

Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS)

Le gouvernement souhaite garantir une vie paisible au sein des Ehpad, où sécurité, soin, dignité, et accompagnement sur-mesure sont les maîtres mots pour les personnes âgées.

Sont donc prévus par le gouvernement, les actions suivantes :

  • Un contrôle des Ehpad plus important, conséquence directe des différents scandales du début d'année 2022 qui ont fortement ébréché la confiance témoignée envers ces établissements.
  • Un pouvoir plus important donné aux autorités administratives, qui pourront dès lors contrôler les comptes et fichiers des groupes et des gestionnaires.
  • Le contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (CPOM) pourra être rejeté par l'autorité de tarification afin de prioriser la distribution des fonds publics aux établissements et services médico-sociaux.
  • LA CNSA sera en charge du recouvrement à l'échelle nationale.
  • Le crédit d'impôt accordé aux Ehpad pour faire face à l'inflation. A noter que ces établissements profitent déjà d'un gel des prix de l'énergie pour garantir de bonnes conditions de vie aux résidents et surtout le maintien en fonction du matériel médical électrique.

En 2022, peu de mesures ont été mises en place pour aider les seniors, si ce n'est des augmentations des pensions de retraites. 2023 semble être l'année de la prise de conscience par les organes de direction du pays, qui souhaitent remettre les personnes âgées au centre des préoccupations. A force de scandales, de faits-divers, les signaux d'alerte lancés par les familles, le personnel médical en souffrance toujours plus inquiétants, les actions déployées pour venir en aide aux soignants et aux résidents demeuraient indispensables.

(Crédit photo : iStock)