Quitter la maison de retraite pour une fin de vie à domicile - Odella.fr

Pour plusieurs raisons, une personne âgée peut devoir quitter l’EHPAD ou la maison de retraite dans laquelle elle était hébergée. C’est notamment le cas lorsque l’hébergement est prévu pour être temporaire, ou quand l’une des deux parties (à savoir le résident ou l’établissement) souhaite mettre un terme au contrat. Comme pour n’importe quelle résiliation, certaines conditions doivent être remplies avant que la personne concernée puisse rejoindre son domicile.  

De même, la mise en place de certains soins et autres aides s’impose, car une fois le résident dans son logement, celui-ci est bien souvent toujours en état de grande dépendance. Voici des éléments pour vous aider à savoir comment une personne âgée peut quitter sa maison de retraite, pour revenir finir sa vie à son domicile. 

Dans quels cas quitter une maison de retraite pour revenir à domicile ? 

Contrairement aux idées reçues, un certain nombre de résidents (aussi bien en maison de retraite qu’en EHPAD) ne finissent pas leur vie dans ce type d’établissement. Pour beaucoup, le retour à domicile est parfois inévitable, même s’il ne s’agit pas toujours de leur décision. En effet, il existe différentes raisons pour lesquelles un malade peut avoir à quitter son logement pour seniors : 

  • Le résident fait le choix de retrouver son domicile ; 
  • La famille du résident n’est plus en mesure d’honorer le paiement de l’hébergement ; 
  • Le résident n’a pas rempli une obligation inscrite dans son contrat avec la résidence ; 
  • L’établissement cesse totalement ou en partie son activité ; 
  • Le résident ne remplit plus les conditions d’admission, notamment en ce qui concerne sa maladie. 

Peu importe la situation concernée, la maison de retraite et le résident sont tous deux tenus au respect d’un délai de préavis d’un mois minimum. 

Comment procéder pour que la personne âgée revienne à son domicile  ? 

Après être resté pendant plusieurs mois ou années au sein d’un établissement comme un EHPAD, le retour d’une personne âgée à son domicile ne doit pas se faire à la légère. Lorsque les seniors ne souffrent d’aucune perte d’autonomie, ce revirement de situation est bien plus facile à gérer pour la famille. Toutefois, il peut arriver qu’une personne en état de grande dépendance soit aussi concernée, auquel cas plusieurs mesures doivent être prises par le cercle proche. 

Ainsi, les besoins et soins nécessaires doivent faire l’objet d’un plan d’action, visant par exemple la mise en place de certaines aides à domicile, ou le passage fréquent d’un aidant familial. De même, le suivi médical, assuré jusqu’ici par l’institution, ne doit pas connaître de coupure, sous peine de prendre des risques pour la santé de la personne âgée. 

Lorsque le retour à domicile se fait contre la volonté du résident, par exemple en cas de problèmes financiers ou de cessation d’activité de la maison de retraite, il est important de prendre le temps de soutenir le proche. Effectivement, arrivé à un certain âge, ce bouleversement peut profondément perturber une personne âgée. Dans ce contexte, le soutien de la famille reste primordial. 

Quels sont les points à vérifier lors du retour à domicile du résident ? 

En fonction du degré d’autonomie de la personne âgée, un certain nombre de mesures doivent être instaurées dès son retour à domicile. Celles-ci peuvent aussi bien concerner l’aménagement de son logement, que le besoin en aides humaines et médicales. 

L’aménagement du logement 

Le domicile de la personne âgée n’est pas forcément adapté à sa condition, et peut-être même qu’il était la cause de son départ en EHPAD ou en maison de retraite. À ce titre, le retour du résident implique un aménagement des points qui posaient problème. Cela peut par exemple concerner l’éclairage, les escaliers, les tapis ou l’encombrement dû aux meubles. Pour les plus gros travaux, des aides financières sont attribuées par l’État, que ce soit sous la forme d’un crédit d’impôt, d’une subvention ou d’une aide plus spécifique. 

Les aides humaines et médicales 

Autre point important, les aides humaines et médicales dont peut avoir besoin la personne âgée à son domicile. Par exemple, elle peut nécessiter le passage d’un personnel formé pour l’aider à sa toilette et à la préparation de ses repas, ou même pour lui donner ses médicaments et lui faire des pansements. Pour financer ces besoins, le résident peut compter sur l’APA, l’allocation personnalisée d’autonomie, peu importe le montant de sa retraite.  

À noter : pour les repas, certaines communes ont un service de restauration, qui livre directement toute personne âgée qui en fait la demande.