Pour entretenir la mémoire d’un défunt et lui rendre hommage, les proches célèbrent parfois le jour de l’anniversaire de son décès. Explications.

L'anniversaire de décès : un jour particulièrement difficile

La date du décès d’un proche est généralement ancrée en nous, et parfois redoutée. Cette journée amène son lot d'émotions complexes, de la tristesse à l'anxiété, en passant par l'impuissance et la peur. Qu'il s'agisse d'un premier ou d’un 10ème anniversaire, les sentiments n’en sont pas moins profonds.

Pour appréhender cette date charnière, les comportements sont multiples. Certains choisissent de la célébrer en organisant une commémoration quand d’autres préfèrent la passer sous silence. Il n'existe pas d’option meilleure qu’une autre pour gérer un deuil. A contrario, il appartient à chacun de pouvoir agir comme il l’entend, sans jugement.

Célébrer l'anniversaire d'un décès : des " pour " ...

Le fait de célébrer l’anniversaire d’un décès peut aider les proches à canaliser une partie de leur énergie et de leurs émotions dans quelque chose de positif, d’autant plus que les options de commémorations sont multiples. Il est tout d’abord possible de se réunir en famille pour célébrer la mémoire du défunt. Peu importe sa forme (sortie, pique-nique, messe, rassemblement…), l’évènement doit permettre aux personnes présentes de lui rendre hommage, tout en partageant un moment de convivialité.

Certaines personnes apprécient aussi se remémorer les bons souvenirs en regardant des photos, des vidéos, en partageant des anecdotes, d’autres se rendent sur la sépulture ou allouent de leur temps à une cause autrefois chère au défunt (lutte contre la pauvreté, protection de l’enfance, préservation de l’environnement, bien-être animal…). Il est même envisageable d’organiser une course ou une marche, et de reverser les gains à une association.

... et des " contre "

Pour d’autres personnes, célébrer l’anniversaire d’un décès réactive la douleur. Elles préfèrent donc, soit le passer sous silence, soit vivre leur deuil de façon plus intime. A titre d’exemple, certains proches déposent ou font livrer des fleurs sur une sépulture, ont une petite pensée pour l’être cher durant la journée, allument une bougie, écoutent une musique, publient une citation d’hommage sur leurs réseaux sociaux, prient ou encore couchent leurs sentiments par écrit.

Internet est devenu ces dernières années un outil de communication incontournable et l’univers du funéraire ne fait pas exception à la règle. De plus en plus de personnes choisissent d’honorer la mémoire du défunt en alimentant ce que l’on appelle des « mémoriaux en ligne » ou portails de souvenirs. Le principe est de partager des souvenirs, des photos ou des vidéos avec sa famille et ses amis pour trouver du réconfort, mais également pour apporter du soutien aux autres membres vivant l’expérience du deuil. A noter qu’il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon d'observer un jour de commémoration. Chacun est libre de faire ce que bon lui semble.

(Crédit photo : iStock)