Originaire du Japon, la sylvothérapie est le nom donné à la pratique consistant à se relaxer au contact des arbres. Très populaire aux Etats-Unis, elle commence à se démocratiser en France.

La sylvothérapie : qu’est-ce que c’est ?

La sylvothérapie est une pratique consistant à rentrer en contact avec les arbres dans une forêt, afin de récupérer leur énergie. La discipline peut s’exercer de différentes manières. Il est possible de s’asseoir au milieu de la forêt, de simplement s’y promener ou encore de s’adonner au « tree hugging » (câlin à l’arbre en français), qui consiste à enlacer un arbre choisi avec soin tout en respirant calmement et profondément.

D’après les adeptes, les bienfaits de la sylvothérapie sont nombreux, parmi lesquels une sensation de relaxation, de quiétude et de bienêtre, une amélioration de la concentration et une réduction du stress. A côté de cela, les arbres émettent des molécules odorantes, appelées terpènes, lesquelles agiraient sur le système nerveux central et sur notre production de dopamine et de sérotonine, les hormones du bonheur.

Adoucir son chagrin au contact des arbres

Si la sylvothérapie n’a pas d’impact direct sur le processus de deuil en tant que tel, le contact avec la nature est propice à un développement physique et mental harmonieux, ainsi qu’à un bon sommeil. A titre d’exemple, respirer un air plus pur contribue à diminuer le stress et favorise la sérénité. Le contact ou la proximité avec les arbres agit par ailleurs sur le bien-être, réduisant par la même occasion l’agitation et les risques de dépression.

Dans les bois, les personnes oublient leur smartphone, les nuisances sonores, mettent de côté leurs problèmes et redécouvrent leurs sens. Tout cela permet une diminution de l’anxiété. La couleur verte, omniprésente en forêt, est également bénéfique et permet d’apaiser les émotions. Les partisans de la sylvothérapie expliquent que chaque arbre a des propriétés différentes. Il est d’usage de dire que le saule console et apaise, tandis que le hêtre donne davantage confiance en soi. De leur côté, le chêne générerait une sensation de sécurité et le cyprès aiderait à faire face aux angoisses.

Les limites de la sylvothérapie

Si se balader en forêt est l’une des meilleures ordonnances naturelles pour lutter contre le stress et booster son énergie, il convient toutefois de souligner que les vertus de la sylvothérapie ne sont pas prouvées scientifiquement. Une étude menée par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) a même démontré que l'écorce de différentes variétés d’arbres pouvait provoquer des démangeaisons sur l’ensemble du corps.

En outre, certains arbres fabriquent des acides allergisants et sont potentiellement dangereux. De plus, les multiples insectes qui les habitent ne sont pas toujours des plus accueillants. Exemple avec les chenilles processionnaires des pins pouvant provoquer des réactions urticaires sévères. Avant de vous lancer, mieux vaut donc prendre toutes les précautions nécessaires !